Second tour des présidentielles, quelle place pour le logement ?

Le résultat du premier tour est maintenant connu et le second tour des élections présidentielles aura lieu le dimanche 24 avril 2022 entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. 

Nous faisons un point avant le second tour de la présidentielle sur les propositions des candidats pour le logement et la promotion immobilière avant de s’intéresser aux propositions des professionnels du secteur. 

Les propositions des 2 candidats du second tour en faveur du logement et la promotion immobilière. 

Le pouvoir d’achat comme principale préoccupation. 

Si les deux candidats se sont illustrés sur beaucoup de thématiques, l’immobilier est presque totalement absent de leurs propositions.

Tous les candidats à la présidentielle ou presque avaient proposé la construction d’un certain nombre de logements sociaux. Marine Le Pen n’échappe pas à cette règle et propose la construction de 100 000 nouveaux logements sociaux par an dont 20 000 en faveur des étudiants et des jeunes travailleurs. La projection du nombre de logements sociaux construits en 2022 est de 84 000 nouveaux logements. La proposition de la candidate R.N. est de retrouver le niveau de production de 2018, année durant laquelle 105 000 logements sociaux avaient été construits. 

Si le pouvoir d’achat a été au centre des propositions de cette campagne, les propositions des deux candidats portent notamment sur les droits de succession. Ces deux derniers ont en effet proposés des mesures en ce sens :

Emmanuel Macron propose de relever l'abattement des droits de succession à 150 000 euros en ligne directe (parents / Enfants) et 100 000 € en ligne indirecte.

Marine Le Pen fait également deux propositions en ce sens : Une défiscalisation des dons des grands-parents et parents aux enfants jusqu’à un seuil de 100 000€ tous les 10 ans. La sortie des biens immobiliers des droits de succession dans la limite de 300 000 euros, ainsi que la suppression des droits de succession sur les maisons familiales.

Il est finalement assez logique que cette thématique soit la principale abordée par les candidats, il s’agit en effet de la première source de préoccupations des Français (57%) loin devant la santé et la sécurité.

Le volet écologique.

Un peu plus présent dans le programme du président sortant, le volet écologique montre une envie de continuer dans les réformes favorisant la rénovation thermique du parc existant grâce à des aides ciblées. 

Dans les faits, le président veut continuer de promouvoir les aides existantes et notamment  MaPrimeRenov. En 2021, ce sont 644 073 logements qui ont bénéficié de cette prime pour un montant total de 2,06 Milliards d’euros. L’objectif du président sortant est de porter le nombre de logements rénovés à 700 000/an.

Marine Le Pen a quant à elle proposé : “La réhabilitation de l’ancien grâce à des aides ciblées” sans plus de précision.

Faut-il s'inquiéter du manque de propositions des présidentiables pour le logement  ?

Le peu de propositions faites sur le logement, la construction neuve ou le bâtiment en général est en réalité parfaitement explicable : 

Entre la guerre en Ukraine, le COVID, l’influence d’Eric Zemmour sur les thèmes de la campagne mais également l’entrée très tardive du président sortant dans la campagne ainsi que son refus de participer à un débat entre tous les candidats, il a été très difficile de connaître la position des candidats sur des sujets précis et donc difficile de connaître leur volonté en matière d’aménagement du territoire. 

Cela ne veut cependant pas dire que le logement sera absent des décisions politiques à venir. 

Les propositions des professionnels du secteur rappelant en effet que le logement sera au cœur du prochain mandat grâce à son effet sur le pouvoir d’achat. Selon les dernières études de l’INSEE publiées en 2020 pour l’année 2017, le logement représente en effet la deuxième source de dépense des ménages.

Sur l’ensemble des ménages, le logement représente 16,3% des dépenses. Il est d’autant plus important pour les ménages les plus modestes ou il représente 22,3 % des dépenses loin devant l’alimentation avec 18,3% des dépenses. 

Source : INSEE - Principaux postes de dépenses des ménages en 2017.

Quelles sont les propositions des professionnels du secteur ?

La Fédération des Promoteurs Immobiliers

Relancer la construction du neuf de toute urgence par des mécaniques assez simples : 

  • Réorienter la fiscalité pour éviter la rétention foncière. La FPI propose de favoriser la fiscalité de la construction afin d’inciter les propriétaires à ne pas conserver des terrains constructibles en l’état.

  • Inciter les maires à augmenter le nombre de permis de construire délivrés. Pour cela, la FPI propose des incitations à la fois politiques et financières. Dans les faits, le président devra inciter les maires à augmenter le nombre de permis de construire délivrés. La FPI demande aussi à ce qu’une partie de la TVA sur l’immobilier soit directement reversée à la commune. Ce n’est pas sans rappeler les aides aux maires bâtisseurs de 2021. 
  • Faciliter l’accès à la propriété en simplifiant les démarches administratives. La FPI se base sur un sondage révélant que 7 Français sur 10 considèrent les démarches administratives trop contraignantes pour l’achat. La FPI n’apporte pas plus de précisions quant à la manière de procéder. 8 Français sur 10 sont quant à eux inquiets du coût de l’acquisition foncière. 

Ces 3 mesures de la Fédération des Promoteurs Immobiliers devraient aider à relancer la construction immobilière en augmentant l’offre et la demande. 

La Fédération Française du Bâtiment :

La Fédération Française du Bâtiment ne fait pas de propositions concrètes mais se positionne en rassembleur du secteur du BTP et appelle à la création d’un ministère, de plein exercice, dédié à : “La construction durable et l’aménagement du territoire.”

Ce nouveau ministère regrouperait plusieurs compétences dans un seul et même ministère, il viendrait remplacer l’actuel ministère du logement, de la ville et de la cohésion des territoires en y apportant une compétence supplémentaire, le développement durable et l’écologie.

La FFB appuie sa proposition en soulignant l’importance du secteur du bâtiment en France qui représente 10% du PIB à l’heure actuelle.

L’objectif de ce ministère, selon la FFB, devra être de faciliter l’accès à la propriété, harmoniser les règlements liés aux constructions et favoriser la transition écologique en accompagnant la rénovation énergétique. 

On y retrouve au final la thématique principale de cette campagne présidentielle : le pouvoir d’achat des ménages.

En conclusion. 

Si aucun des professionnels du secteur ni les politiques ne se sont aventurés à chiffrer les besoins de construction des nouveaux logements, le débat a surtout été éclipsé par la rénovation du parc existant, l’accès à la propriété et le patrimoine.

Le véritable intérêt de cette élection interviendra cependant un peu plus tard : Au moment des élections législatives. La question sera de savoir si le président de la république élu aura une majorité claire à l’Assemblée lui permettant de mettre en oeuvre son programme ou si l’on reverra une cohabitation inédite en France depuis la synchronisation des calendriers des élections présidentielles et législatives depuis le passage au quinquennat. 

Enfin, il sera intéressant de voir quels ministères seront composés et qui, s’il y en a un, sera le ou la ministre du logement et de l’habitation. Cela nous indiquera plus précisément les orientations stratégiques du secteur de l’immobilier et du bâtiment pour les 5 prochaines années.

Articles liés

Second tour des présidentielles, quelle place pour le logement ?
Second tour des présidentielles, quelle place pour le logement ?
Réduction du délai de recours des tiers à 7 jours calendaires, quelles conséquences ? 🐟🐟🐟
Réduction du délai de recours des tiers à 7 jours calendaires, quelles conséquences ? 🐟🐟🐟
>